L’emprise

J’attendais que la vendeuse revienne avec ma chaîne en or, je flânais dans la boutique ouverte, j’ai toujours trouvé ça très étonnant, ces boutiques de centres commerciaux qui n’ont pas de porte, juste un grillage lourd qui se baisse tous les soirs. Je faisais semblant de regarder les vitrines pour patienter, c’est là que j’ai vu Moha La Squale me narguer avec sa montre Lacoste. Honnêtement, je ne savais même pas que Lacoste faisait des montres… Je ne sais pas qui a pris la photo mais elle est réussie, le regard du rappeur est aussi mystérieux que le sourire de la Joconde, est-ce de la tendresse ou du mépris ? La première fois que j’ai entendu « Bienvenue à la Banane », j’ai eu un vrai coup de cœur à la fois pour le clip, le mec et les paroles, pourtant je n’écoute pas de rap français. C’est super efficace, un mec qui se balade dans son quartier, soutenu par les plus jeunes qui l’acclament sur son passage, et puis pour une fois qu’on voyait un mec de cité avec les cheveux longs, et puis la cité était à Paris intra muros, pas dans le 9-3. Ce son je l’ai écouté encore et encore, mes voisins m’ont détestée. A l’époque je sortais plus ou moins avec un certain Enzo (qui en vrai s’appelle Quentin mais « Enzo » c’est plus stylé) qui écoutait beaucoup de rap français, nos soirées se résumaient à boire (vodka), fumer (c’est lui qui apportait la beuh et roulait, j’avais rien à faire, j’adore), baiser (toujours sur le canapé, je sais pas trop pourquoi) puis se faire livrer des pizzas. Il m’en fallait peu pour être heureuse mais ça c’était en 2017, depuis je ne fume plus, j’ai arrêté de boire et je baise plus non plus (c’était pas prévu ce paramètre là, je me suis bien fait arnaquer mais je m’égare).

L’histoire de La Squale c’est un peu une success story à l’américaine, le mec qui bicrave de midi à minuit et qui se nourrit de grecs, le mec qui a fait de la taule, qui veut changer de classe sociale, de vie, « réussir » et porter que des Lacoste, qui un jour décide de se sortir les doigts du cul, qui raconte sa vie dans des sons qu’il sort tous les dimanches et bam, ça marche. Tout le monde aime, même les gens qui comme moi n’écoutent pas de rap français. Tout à coup on comprend qu’on peut vivre à Paris et ne rien avoir à bouffer, ça existe, c’est à deux rues de chez toi, dans la ville lumière, pas si loin des Champs Elysées. Tout à coup la France comprend qu’il y a aussi des cités dans Paris, on ne parle pas de Marseille, on parle bien de Paris. Et puis le mec a une gueule d’acteur, c’était ça qu’il voulait faire à la base, il avait même fait le cours Florent… Derrière cette histoire officielle, cette image de mec sympa qui en veut, il y avait tout ce qu’on ne voyait pas ou qu’on pouvait deviner en étant un peu attentif. Comme l’interview de Konbini où on le voit dire face caméra à propos de sa copine de l’époque, Luna « Elle m’a quitté mais je sais que c’est faux ». Je me souviens du malaise que j’avais ressenti en le voyant sonner à la porte « Elle va peut-être pas ouvrir hein », en effet on sentait bien qu’elle n’avait pas du tout envie de lui ouvrir mais qu’elle faisait l’effort parce qu’il avait précisé « Je suis avec Konbini ». Il y a quatre jours, on comprend que Luna a été sous son emprise pendant deux ans, elle parle d’insultes incessantes, de violences physiques, d’abus, de séquestration, deux autres filles ont porté plainte au commissariat, il y en aurait plein d’autres, effrayées par les menaces proférées par le rappeur à leur encontre. Pour l’instant, elles se taisent, jusqu’à quand ?

Cette histoire m’obsède depuis quatre jours. J’ai moi aussi été sous l’emprise d’un mec qui sortait de prison il y a longtemps mais je n’ai pas oublié les insultes, sa paranoïa dès que je mettais une jupe ou que je parlais d’un ami à moi (je couchais forcément avec, j’étais une « grosse pute », une « sale chienne » et j’en passe), son addiction au bédo, ses sautes d’humeur qui m’effrayaient, il était adorable puis s’il n’avait plus de shit ou de vodka, il devenait fou. Je ne pouvais pas dormir, il me réveillait parce qu’il ne supportait pas d’être seul, il me hurlait dessus, souvent il me baisait et je me laissais faire par peur qu’il me tue (il avait un couteau dont il était très fier). Je n’étais jamais sortie avec une « racaille » de cité, mon entourage ne comprenait pas ce que je foutais avec ce mec, on n’avait rien à voir. Il avait eu une enfance de merde, je crois que je culpabilisais d’en avoir eu une si belle, lui il n’avait connu que la violence, son père il ne savait même pas qui c’était, sa mère refusait de le lui dire, bref, j’ai eu envie de le sauver très fort. Il pouvait être adorable mais ça ne durait jamais bien longtemps, les « Je t’aime bébé » se transformaient trop vite en « T’as pas honte salope c’est quoi cette tenue de pute ? » (j’étais en jupe qui arrivait aux genoux…). Il m’a tout fait, il m’a trompée (sans capote j’ai du faire le test VIH en tremblant), il m’a volé de l’argent, des bijoux, la liste est longue. Il a arnaqué mes parents aussi. J’avais tellement peur qu’il me plante si je le quittais que j’ai changé de ville et de numéro de téléphone. A chaque fois que je suis obligée de retourner dans la ville où je l’ai connu, je regarde derrière moi, je ne suis jamais tranquille, dix ans après. Je ne sais pas du tout ce qu’il est devenu. Je ne veux pas le savoir. Je ne lui souhaite rien de mauvais, je peux même dire que j’ai pardonné. Pour avancer. Mais je n’oublierai jamais.

Force à celles qui osent porter plainte. Je suis bien placée pour savoir que c’est extrêmement difficile et que la police fait absolument tout pour minimiser les faits ou pour nous accuser d’être responsables de ces mecs qui nous harcèlent, nous abusent, nous insultent. « Sois fière et parle fort » ❤

4 commentaires

  1. J’aime beaucoup. Je vais toujours voir le blog de ceux qui passent par chez moi et me laissent une bonne appréciation. Parfois, devant ce que je lis, je me sens flatté, c’est le cas avec toi. Sinon, ton pseudo me fait penser à une chanson de Bashung (sonorité), je doute que le gars dont tu parles te l’aurais chantée en remplaçant Angora par Pandora, je te souhaite de rencontrer quelqu’un qui aurait envie de le faire.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s