Bye bye, baby, bye bye

Ce midi je me suis promenée au bois de Vincennes, je n’étais pas sortie depuis des jours sans m’en rendre compte, je suis si casanière. Mais j’ai ressenti un fort besoin de prendre l’air, j’ai éternué tout le long à cause du pollen, malgré ce désagrément, j’ai pris plaisir à marcher, d’autant que j’ai croisé un couple de cygnes avec des cygneaux. Je me suis approchée des deux petits adorables, tout duveteux, je les ai pris en photo puis je me suis éloignée pour ne pas les déranger. Soudain a débarqué un chien de taille moyenne, bien décidé à jouer avec les cygnes mais l’un d’eux (on parie sur la mère, of course) lui a tenu tête en gonflant tout son corps et en faisant des couac couac couac agressifs, cygne devenu très grand et intimidant, j’ai eu peur pour le chien, pas pour l’oiseau. Nous étions plusieurs à assister à la scène en priant pour un dénouement heureux. J’ai caressé la tête de Kinder (le chien) qui était trop content juste parce que les chiens sont toujours trop contents et rien que pour ça ils méritent d’exister. On se parle facilement au bois de Vincennes, les jours ensoleillés, ça me permet de parler à d’autres êtres que mes chats ou le gardien de mon immeuble.

Lorsque je suis rentrée, j’ai loué House of Gucci que j’ai regardé pour Adam Driver, j’ai trouvé ça un peu long, assez peu passionnant mais honnête, s’il fallait absolument donner un avis que personne ne me demande. Évidemment ça m’a donné envie d’aller sur le site de Gucci, j’ai quand même failli acheter un porte-encens à 190€ puis je me suis souvenue de cette phrase lue quelque part « investis dans des expériences, pas dans des objets ». A la place je me suis réservée un week-end en solo sur les bords de Loire parce que c’est beau, la Loire, et j’adore le concept de guinguette, je pourrais rester des heures à regarder les couples danser, même ceux qui dansent mal. Parce qu’un couple qui danse délivre son intimité et je suis curieuse, très curieuse (les couples me passionnent, probablement parce que j’aime être seule et l’idée de tout partager, je la trouve romanesque mais peu adaptée à la vraie vie, la mienne, en l’occurrence).

J’ai donc très peu travaillé aujourd’hui et personne ne m’a rien dit, ma vie est tout de même formidable. Je sais ce n’est pas très vendeur une blogueuse heureuse, j’avais plus de succès quand je pensais à me jeter du pont de Normandie. Justement, sur mon canapé j’ai pris la décision de ne plus écrire sur ce blog. Je continuerai d’écrire ailleurs, je ne vais pas arrêter. Mais Pandora Black ce n’est plus moi. J’ai fermé un chapitre de ma vie qui est à la fois le plus beau et le plus douloureux, je dois changer d’identité à nouveau, je n’ai aucune idée de ce que je vais choisir comme nom de blog, probablement quelque chose avec Paris ou les livres ou les chats, et je crois que j’ai envie de parler de déco, de cuisine, de tout et de rien, surtout de rien. Je vais avoir de nouveaux lecteurs et en perdre aussi, c’est le jeu. Merci à tous ceux qui m’ont lue, encore plus à ceux qui ont osé mettre un commentaire, même si ce commentaire était désobligeant et que je ne l’ai pas publié (il y en a eu peu, cela dit). I’ll be back, bitches. Je suivrai mes blogueurs favoris avec mon nouveau blog et qui sait ? Vous me reconnaitrez peut-être 😋 Bisous (garantis sans Covid 19).

7 commentaires

Les commentaires sont fermés.